Au Japon et en dehors du Japon
Au Japon et en dehors du Japon

Kyū-Furukawa Teien

Ville de Tōkyō Préfecture de Tōkyō Région du Kantō
Jardin japonais Kyu Furukawa à Tokyo
Shinji-ike

Description

Le jardin Kyū-Furukawa 旧古河庭園 est situé sur les collines de Musashino dans le Nord de Tōkyō 東京.

Il a été aménagé sur le terrain qui appartenait à la famille de Munemitsu Mutsu, chef militaire et politicien de l’ère Meiji, et fut plus tard transmis par alliance à la famille FURUKAWA.

En 1917, l’architecte anglais Josiah CONDER y construisit un bâtiment de style occidental et en léger contrebas un jardin à la française présentant de grandes variété de roses.

En 1919, le paysagiste Ogawa JIHEI 小川治兵衛 (1860-1933), aussi connu sous le nom de Ueji VII, dessina le jardin japonais dans la partie basse de la propriété. Ce même créateur de jardins avait aménagé à Kyoto les jardins du sanctuaire Heian et le jardin de la villa Murin-an.

Le jardin japonais est aménagé autour de l’étang Shinji-ike alimenté par la grande cascade Otaki. On accède au niveau de l’étang en traversant une forêt d’érables et en empruntant différents chemins en pente.

On peut alors se promener autour de l’étang ou ou le traverser en passant par deux îles dont la plus longue est appelée Funatsuki-ishi.

La propriété a été transférée au gouvernement national après la seconde guerre mondiale puis a été gérée et enfin donnée à la ville de Tōkyō. Le parc, ouvert au public en 1956, a été désigné « site pittoresque national en vertu de la loi pour la protection des biens culturels le 26 janvier 2006, car il s’agit de l’un des rares exemples de jardins modernes extrêmement bien conservés ».

Plan

Plan du jardin Kuy Furukawa à Tokyo dessiné par Clément Keller
Plan de la propriété Kyū-Furukawa

Dessin

Dessin du jardin japonais Kyu-Furukawa à Tokyo par Clément Keller

Galeries de photographies

Portail de la propriété, bâtiment de style occidental et roseraie.

Belvédère et forêt entourant le jardin japonais.

Chemins descendant vers l’étang, maison de thé, cascade « Otaki » et ruisseaux.

Etang « Shinji-ike » et différents ponts en pierre ou recouverts de terre menant aux deux îles.

Pont constitué de deux mégalithes décalés et pas japonais.

Lanterne « Yukimi-toro » sur la plage de galets blancs « Araiso ».

Mise en oeuvre de la protection des pins contre la neige par la technique du « yukitsuri ou yukizuri 雪吊り ».

Pagode en pierre à cinq étages « Aodai », cascade sèche « Kare-taki », lanterne « Okunoin » et lanterne « Ban Yu » devant un tapis de feuilles de ginko.

Référence bibliographique

Japanese Gardens in Tokyo, Tokyo Metropolitan Government, 2022 : p. 15-16

Lien externe

Vous trouverez des informations pratiques en français sur le site internet tokyoïte du jardin Kyu-Furukawa.

Mise à jour : 3 janvier 2024