Au Japon et en dehors du Japon
Au Japon et en dehors du Japon

Giō-ji

Ville de Kyōto

Préfecture de Kyōto

Région du Kansai

Description

Le temple Giō-ji 祇王寺 est situé sur les collines d’Arashiyama 嵐山 à l’Ouest de Kyōto. Il a été construit en 1895 sur une  partie de l’ancien temple Ojō-in qui a disparu à l’époque Meiji.

Le nom du temple fait référence à la danseuse Giō 妓王 (décédée en 1172) qui avait été délaissée par son amant, le chef de clan Tairo-no-Kiyomori 平清盛 (1118-1181) et avait été obligée de quitter Kyōto. Elle s’était retirée avec sa mère Toji et sa soeur Gijo puis plus tard avec la danseuse Hotoke-gozen, pour laquelle Tairo-no-Kiyomori délaissa Giō, dans le temple Ojō-in situé dans les montagnes de la préfecture de Saga.

L’atmosphère du lieu est très sombre, voire mystérieuse, car la canopée des érables qui occupent presque tout le jardin est très dense. Le sol est recouvert d’épaisses mousses. Le grand connaisseur des jardins japonais Yuichi AZUMA 東雄一  indique qu’il y  a 30 sortes de mousses : Pyrrohobryum dozyanu, Leucobryum neilgherrense C. Muell., Leucobryum scabrum Lac., Bryum argenteum, Thudium Kanedae, Bartramia pomiformis, Campylopus umbellatus, Campylopus japonicus Broth., Hypnum plumaeforme, Climacium japonicum, Dicranum scoparium, Polytrichum juniperinum, Racomitrium anomodontoides, Rhodobryum roseum, Sphagnum, etc…

Le seul bâtiment présent sur le site est un pavillon rustique au toit de chaume qui abrite un autel bouddhiste et une statue de Dainichi Nyorai, le Bouddha de la Lumière.

Différentes petites pagodes en pierre sont visibles ; l’une d’entre elles correspond au tombeau de Giō ; une autre est la pagode commémorative de Taira-no-Kiyomori.

Galeries de photographies

Vues de l’entrée au toit recouvert de mousse et du pavillon ainsi que de l’étagère présentant les différentes variétés de mousses.

Vues de la forêt d’érables et du sol tapissé de mousses d’un vert intense.

Vues de détail de mousses et fougères.

Références bibliographiques

    • Invitation to Kyoto Gardens, Kenzo YAMAMOTO, Suiko Books, 1989 : p. 41 et 58
    • Gardens in Kyoto, Katsuhiko MIZUNO 水野克比古, Suiko Books, 2002 : p. 47
    • Japon, Lonely Planet, 6ème édition, 2017 : p. 341
    • 100 japanese gardens, Stephen MANSFIELD, Tuttle, 2019 : p. 86-87
    • Japanese Gardens : Kyoto, PIE International, 2019 : p. 23 et 35

Lien externe

Vous trouverez des informations complémentaires en anglais sur le site officiel de Giō-ji.

Mise à jour : 3 janvier 2024