Au Japon et en dehors du Japon
Au Japon et en dehors du Japon

Koishikawa Kōraku-en

Ville de Tōkyō Préfecture de Tōkyō Région du Kantō

Description

Le jardin Koishikawa Kōraku-en 小石川後楽園 est situé dans le quartier Koishikawa de l’arrondissement Bunkyō à Tōkyō 東京.

Il a été aménagé sur un site vallonné et boisé à partir de 1629 par TOKUGAWA Yorifusa 徳川 頼房 (1603-1661) aussi dénommé MITO Yorifusa, un des fils de TOKUGAWA Ieyasu. Il constitue ainsi le plus ancien jardin de Tokyo. Son successeur, MITO Mitsukuni, poursuivit l’aménagement du jardin avec l’aide de Shu Shinsui (1600-1682), un lettré chinois réfugié au Japon.

Le nom donné au jardin « Kōraku-en » signifie « jardin de la réjouissance ultérieure », faisant référence à un texte chinois dans lequel il est écrit qu’un souverain doit être le premier à se soucier, avant son peuple, et le dernier à se réjouir, après son peuple.

Le jardin est un jardin de promenade « kaiyushiki teien ». Plusieurs lacs y ont été aménagés. Au centre se trouve le plus grand lac Osensui avec la petite île Horai-shima. A l’Ouest, se trouve le lac Seiko-tsutsumi couvert de lotus blancs et divisé par une digue. Il fait référence au Lac de l’Ouest de Hangzhou en Chine. Sur la colline dominant ce second lac, est aménagée la cascade Otowa-no-taki que l’on traverse par le pont courbe en bois Tsuten-kyō. A l’Est se trouve le lac Uchiniwa dans la partie de jardin intérieur Naitei. Cette zone était isolée du jardin principal par la porte Karamon de style chinois. Au Nord sont aménagés des rizières, des pergolas de glycines et des champs de pruniers.

La surface du jardin a été réduite avec le temps, passant de 25 à 7 hectares.

Le jardin a été ouvert au public en 1938. En 1952, il a été désigné bien culturel national en tant que « site historique spécial » et « lieu spécial de beauté pittoresque ». Les jardins Koishikawa Kōraku-en et Hama-rikyu sont les seuls jardins tokyoïtes bénéficiant de ce classement.

Sur ce site, vous pouvez consulter les pages de 5 autres jardins situés à Tōkyō :

Plan

Plan du jardin japonais Koishikawa Korakuen à Tokyo dessiné par Clément Keller

Dessin

Porte Karamon

Vue depuis Bunkyō Civic Center

Vue depuis le 25ème étage de la mairie de l’arrondissement de Bunkyō 文京 avec une partie de la toiture de Tokyo Dome.

Galeries de photographies

La partie Est du jardin avec l’entrée Est, le lac Uchiniwa et la porte Karamon.

La colline et son sentier Nobedan.

La stèle Chuhosen, la rivière Tatsura et le débouché dans le lac central.

Le tour du grand lac Osensui.

L’étang de lotus Seiko-tsutsumi.

Pont Togestu-kyo et pavillon Kantoku-tei.

Chute d’eau Ottawa-no-taki, pont Tsuten-kyo, et gué Sawatari.

Références bibliographiques

  • Japon, Le Guide Vert, Michelin, 2015 : p. 240
  • Japon, Lonely Planet, 6ème édition, 2017 : p. 98
  • The Art of Japanese Garden, David and Michiko YOUNG, Tuttle, 2019 : p. 154-155
  • Le fuzei dans les jardins du Japon, Claude LEFEVRE, Ulmer, 2019 : p.153
  • Japanese Gardens in Tokyo, Tokyo Metropolitan Government, 2022 : p. 15-16
  • Tokyo, Le Guide Vert, Week&Go, Michelin, 2024 : p. 83

Lien externe

Vous pouvez consulter le site du jardin Koishikawa Kōraku-en avec les pages traduites en français ici

 

Mise à jour : 21 avril 2024