Au Japon et en dehors du Japon
Au Japon et en dehors du Japon

Kamigamo-jinja

Ville de Kyōto

Préfecture de Kyōto

Région du Kansai

Description

Le sanctuaire Kamigamo-jinja 上賀茂神社 est situé au Nord de Kyōto 京都 sur les rives de la Kamo-gawa. Cet important sanctuaire shinto a été fondé en 678. Il est un des plus anciens sanctuaires du Japon et est inscrit, à ce titre, sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le sanctuaire est dédié au kami du tonnerre.

Depuis la place réaménagée, l’accès au sanctuaire se fait en passant sous un premier grand torii et en empruntant une longue allée. Puis, passant sous un second torii, l’on débouche sur une grande cour. En face, légèrement sur la droite et devant le bâtiment Hosodono 細殿, sont dressés deux cônes tatesuna 縦スマ formés de sable compacté dont la date de création est inconnue.

Ces formes représentent la montagne divine Kō-yama où le kami Kamo Wakezuchi descendait des cieux. Une aiguille de pin est plantée au sommet de chaque cône, représentant les arbres au sommet des montagnes.

Ces cônes servant à des rites de purification anciennes auraient entraîné la tradition de placer des tas de sel à l’entrée des restaurants japonais pour chasser des mauvais esprits.

De nombreuses interprétations quant à la symbolique de ces cônes ont cours, telle celle de la représentation des opposés, masculin et féminin, positif et négatif, ombre et lumière, ou celle de la représentation de la mère.

Ces cônes ont sans doute inspiré les maîtres jardiniers des temples zen. En témoignent les jardins secs aménagés devant le Daihojo 大方丈 au temple Myōshin-ji 妙心寺 et au temple Daisen-in 大仙院, dont vous pouvez découvrir les photographies en cliquant sur les noms en vert.

Sur le côté Est du sanctuaire, de l’autre côté de la rivière Mitarashi et en amont de Nara-no-ogawa, se trouve le jardin Sokei-en. Il est dit qu’il imite les jardins de la dynastie coréenne Joseon.

C’est sur ce terrain d’environ 500 tsubo qu’il y avait autrefois un petit étang au temple Jingu-ji. En 1960, il était prévu d’organiser le Kyokusui-no-en, « banquet du ruisseau sinueux », pour célébrer la naissance du prince impérial Hironomiya Naruhitō, l’actuel Empereur. Ce projet avait été commandé par Nakane Kinsaku, ingénieur à la Division de la protection des biens culturels, et avait été conçu comme un jardin de la fin de la période Heian. Mais cet évènement avait été annulé et le jardin délaissé. En 1993, le Rotary Club de Kyōto Murasakino s’est impliqué pour rénover le jardin. Kyokusui-no-en a ainsi été relancé en tant que projet commémoratif en 1994, année du 41ème anniversaire de la cérémonie Kamigamo-jinja. Ces informations sont données par le spécialiste des jardins de Kyōto Yuichi AZUMA 東雄一.

Galeries de photographies

Accès au sanctuaire Kamigamo-jinja.

Vues des cônes tatetsuma.

Vues du jardin Shokei-en

Références bibliographiques

  • Le jardin japonais, Imtraud SCHAARSCHMIDT-RICHTER, Office du Livre, 1979 : p. 118 et 120
  • Japanese Stone Gardens, Origins, meaning & form, Stephen MANSFIELD, Tuttle, 2008, p. 14-15
  • Kyoto Gardens, Masterworks of the japanese gardener’s art, Judith CLANCY, Tuttle, 2014 : p. 70-73
  • Japon, Le Guide Vert, Michelin, 2015 : p. 390-301
  • Le jardin japonais, Sophie WALKER, Phaidon, 2017 : p. 18
  • Japon, Lonely Planet, 6ème édition, 2017 : p. 324-325

Lien externe

Vous trouverez des informations en anglais sur le sanctuaire Kamigamo-jinja par ce lien sur le site internet Discover Kyoto.

 

Mise à jour : 17 mai 2024